Home > Repères bibliographiques > Comité de lecture

Comité de lecture

Saturday 18 May 2019

Comité scientifique de lecture

Un comité regroupant plusieurs membres engagés de l’AIGP se réunit régulièrement
afin d’étudier plus avant l’oeuvre de Gisela Pankow dont des écrits et correspondances pour certains encore non édités.

Membres du comité :

Marie-Claire André
Brigitte Maugendre
Daniel Moreau
Helena Guerra
Olivier Lenormand
Alice Dallavalle

∞∞∞

Articles : Du clivage absolu à la catastrophe, à propos du Tunnel d ’Ernesto Sabato ;
et Le rôle médiateur de l’espace dans l’approche analytique des psychoses
Auteur : Gisela Pankow

Abstract :
Reprenant à la fois le roman d’Ernesto Sabato « Le Tunnel » et un cas d’hallucination hystérique,
Gisela Pankow s’attache à montrer « le rôle médiateur de l’espace » dans la compréhension des psychoses.
Elle différencie deux fonctions fondamentales de l’image du corps – résultantes de l’expérience première du corps et du langage -
qui organisent et donnent sens aux échanges symboliques entres les parties et la totalité du corps.

Le récit d’Ernesto Sabato illustre le conflit psychotique déployé dans l’espace. Le héros Pablo, artiste peintre, enfermé dans son monde « le tunnel » espère pouvoir rejoindre le monde affectif des vivants, grâce à une femme, qui ayant pu déchiffrer sur la toile exposée de Pablo, le clivage psychotique et le vécu de solitude absolue, devient pour l’artiste son double fusionnel sécurisant.
Mais face à l’impossibilité de cette femme de se tenir dans la symbiose et à la découverte par le héros que cette femme n’est pas tout à fait identique à lui même, le système défensif obsessionnel de Pablo s’écroule. L’artiste tombe dans le vide psychotique, se dissocie et tue son double défaillant.

Dans le cas clinique des hallucinations hystériques chez une jeune femme, les failles dans l’image du corps sont en lien avec les désirs de la malade à l’égard de son père. L’apparition des troubles dans l’espace du miroir (tâches hallucinées) a pu permettre une intervention structurante, s’en tenant au monde des formes dans le miroir, les deux images de la patiente et du père pouvant « se marier » dans la glace.

∞∞∞

Dans les années 1970, Gisela Pankow fit la rencontre à Paris du docteur Jacques Puget, psychiatre et psychanalyste,
membre de l’Espace Clinique à Montpellier. Durant sept années, le Dr Puget fut son élève et participa au séminaire privé.

En 2011, sur invitation du Dr Puget, le docteur Brigitte Maugendre présenta l’œuvre théorico-clinique de Gisela Pankow
au sein de l’Université de Montpellier 3, dans le cadre d’une matinée de réflexion sur la psychose organisée par le Champ Lacanien.

Lors de cette intervention, le Dr Puget évoqua G. Pankow en tant que « grande clinicienne,
fidèle à la tradition freudienne la plus stricte, qu’elle enrichit d’une connaissance approfondie de la philosophie de l’existence.
Elle n’a cessé de proposer, tant en contrôle qu’en séminaire, un élargissement du champ de la psychanalyse classique,
dans sa conquête de l’univers psychotique en empruntant comme elle le soulignait « la voie du dedans ». »

L’article proposé en accès libre - GISELA PANKOW - Un "clin d’œil" sur son approche psychothérapeutique de la psychose -
fut relu et corrigé par Gisela Pankow elle-même.

∞∞∞

Article : Intervention psychothérapeutique et structures familiales
Auteur : Gisela Pankow
In : Psychotherapy Action of the Physician. Proc. 4th International Congres Psychosomatics Medicine.
Psychotherapy and Psychosomatics, 21 : 128-132 (1972/73)

Abstract :
Gisela Pankow a basé son approche de la psychothérapie analytique des psychoses sur l’image du corps
et ses fonctions symbolisantes. Elle a pu mettre en évidence la correspondance entre les zones de destruction
dans l’image du corps des patients psychotiques et les zones de destruction dans les structures familiales.

Trois illustrations cliniques mettent en relief les différents rôles et fonctions des membres familiaux,
et proposent un éclairage de l’intervention thérapeutique au niveau de la structure familiale du patient.

∞∞∞

Lors de sa venue au Canada, Gisela Pankow fit la rencontre de Robert Pelsser, psychologue et psychanalyste.
L’article indiqué en accès libre – Gisela Pankow ou la possible rencontre avec le psychotique -
retrace le parcours du traitement psychothérapeutique tel que pensé et mis en œuvre par Gisela Pankow
aurpès des patients psychotiques, et en détaille brillamment ses axes théoriques et cliniques,
des fonctions symbolisantes de l’image du corps à la greffe de transfert.

Source : Revue Santé mentale au Québec
Pratique analytique et psychose Volume 9, numéro 1, juin 1984
Erudit.org

∞∞∞